J’ai testé pour vous : le coussin de positionnement de Confodo pour soulager mes douleurs chroniques

Il y a maintenant un petit moment déjà j’avais rédigé un article pour présenter Confodo, boutique qui vend des coussins de positionnement qui aident à soulager les douleurs chroniques nées de pathologies telles que la fibromyalgie, les tendinites, la sciatique, la lombalgie, les douleurs neuropathiques et encore bien d’autres !

Alors, non, ce n’est pas un vulgaire traversin ou coussin d’allaitement. Il s’agit là d’un coussin de positionnement et ce n’est pas du tout comparable.

Une fois qu’on l’a essayé, on ne peut plus s’en passer ! 🙂

Personnellement, à la maison, j’ai le coussin de positionnement Original® + housse coton et c’est, franchement, un très bon produit !

Ce coussin maintient parfaitement la tête et les épaules avec son coussin principal, on se sent calé dans un espèce de cocon moelleux. Il soulage la pression sur les cervicales. Le dos est d’office bien positionné, avec le coussin latéral incurvé, du fait de sa forme très particulière en C que mes lombaires remercient. Par ailleurs, ce coussin a une dimension importante (175 cm de hauteur – 80 cm de large) ; il prend beaucoup de place dans le lit 🙂 donc autant prévenir votre moitié qu’elle a tout intérêt à se faire petite 😉 Mais, du coup, par contre, l’aisance est appréciable. On est enveloppé. On peut remuer sans devoir, sans cesse, stresser pour être toujours maintenu et soutenu. Le fait de pouvoir enjamber le coussin (du fait de ses dimensions exceptionnelles) repose les hanches et permet, pour ma part, de ne pas avoir à positionner mes jambes l’une sur l’autre et m’évite, ainsi, des douleurs nées du contact de celles-ci.

A préciser, quand même, ce coussin de positionnement est livré avec un sac de transport. Il est vendu avec une housse (plusieurs choix : coton, bambou 3D) qui se retire et se lave facilement en machine.

En conclusion, je recommande. Testé et approuvé.

Je tiens à préciser que le coton est un coton de qualité : coton biologique s’il vous plaît M’dame. Ce choix n’est pas anodin car il répond à des préoccupations environnementales, permet de contribuer de façon significative au commerce équitable et, en prime, offre une meilleure qualité. Vous l’aurez, donc, compris, Confodo s’engage dans une démarche qualité « Green » et je trouve cela assez honorable à vrai dire. Le coussin est rembourré avec du polyester anti-acariens et anti-allergènes.

Alors, oui, certes, vous trouverez des produits moins chers ou encore des produits de contrefaçon car, effectivement, on peut trouver ce coussin de positionnement coûteux mais c’est un article de qualité tant par ses matières que par la démarche éthiquement responsable initiée par ses créateurs qui s’engagent dans une fabrication citoyenne et responsable.

A savoir aussi que cette boutique reverser 5% de ses bénéfices à des associations qui cherchent à faire sortir de l’ombre des maladies invisibles. Belle initiative ! N’est-ce pas ? En plus, on peut trouver sur le site de Confodo un petit laïus qui permet de définir la fibromyalgie : ici et, ça, clairement, j’apprécie énormément. Je me dis, naïvement, que plus on communique sur cette pathologie et plus nous serons reconnus dans notre souffrance, dans nos douleurs, dans nos difficultés du quotidien car, malheureusement, encore aujourd’hui, la fibromyalgie reste encore mal connue.

A noter que, depuis peu de temps, on peut trouver sur le site de la boutique des oreillers ergonomiques à mémoire de forme déclinables en bleu, rose et blanc. Ils m’ont l’air vraiment très très très sympa.

Les photos de mon précieux :

Publicités

J’ai testé pour vous : la méthode IG Bas, le breadcake au sarrasin Sans Gluten / Sans Lactose / Cuisson à la vapeur douce

Depuis que nous avons entamé notre révolution alimentaire à la maison, le pain se fait rare donc, depuis peu, j’essaie de « tester » de nouvelles recettes pour trouver une alternative intéressante. Je suis bien consciente qu’il est très difficile de trouver une recette de pain sans gluten qui soit satisfaisante et, pourtant, celle de Marie-Laure André me semble vraiment bien sympa donc je n’hésite pas à la partager. A savoir que j’ai trouvé cette recette sur le site de coaching igbas.com qui propose un accompagnement pour adopter une alimentation à indice glycémique bas. Perso, j’envisage cette alimentation pour soulager certaines de mes douleurs chroniques mais, bon, si ça peut m’aider à perdre quelques rondeurs, je ne suis pas contre ! 🙂

Dorénavant, ce que nous mangeons au petit-déjeuner est fait maison. Je prépare des gâteaux, des cakes, des biscuits, des cookies … sans gluten et sans lactose. Exit les produits industriels. On se satisfait de douceurs « home made » préparées avec Amour sans additif, sans conservateur en me disant que cet effort paiera au niveau santé.

Allez, trêve de bla-bla et hop, partage de la recette :

Ingrédients :

  • 150 g de farine de sarrasin
  • 100 g de poudre d’amande
  • 100 g de flocons d’avoine sans gluten mixés
  • 3 gros oeufs bio
  • 80 g de sirop d’agave
  • 200 g de compote de pommes sans sucre ajouté
  • 1 yaourt au soja saveur nature
  • 1 sachet de levure chimique sans gluten
  • 1/2 cc de sel

Ma petite tambouille :

  • J’ai commencé par mixer mes flocons d’avoine de manière à obtenir une poudre fine.
  • Ensuite, j’ai mélangé la farine, les amandes et les flocons d’avoine mixés dans un saladier avant d’ajouter les oeufs, le sirop d’agave, le sel et la levure. J’ai mélangé.
  • Puis, j’ai ajouté la compote et le yaourt. J’ai mélangé de façon à obtenir une pâte bien homogène.
  • J’ai mis à bouillir 1 litre d’eau que j’ai versé dans la cuve du Magimix.
  • J’ai versé mon appareil dans un moule à cake en silicone que j’ai disposé dans le panier vapeur XXL du Magimix.
  • J’ai choisi le programme « vapeur » à 110° pour 45 minutes.

Après, il ne reste plus qu’à déguster. Nous avons eu beaucoup de plaisir à manger ce pain délicieux au petit-déjeuner avec de la pâte à tartiner sans gluten et sans lactose, sans huile de palme et bio. Nous avons réellement apprécié ce petit-déjeuner. Ca change et ça rappelle ceux que l’on faisait avant notre petite révolution alimentaire. Après, très franchement, ce pain peut tout aussi bien se manger en version salée avec du beurre pour accompagner des carottes râpées par exemple. Je suis sûre que vous trouverez la manière qui vous convient le mieux pour le déguster.Bon, certes, il faut être honnête, il ne s’agit pas d’un « vrai » pain mais c’est une alternative très intéressante. Par contre, je trouve qu’au moment de la découpe des tranches, il s’émiette un peu par rapport au pain que j’ai fait précédemment. M’enfin, au niveau goût, il est meilleur. Bref, je garde cette recette sous la main car, finalement, il convient tout à fait aux papilles de mes hommes et c’est le plus important 🙂

J’ai testé pour vous : la méthode IG Bas, la crème anglaise Sans Gluten / Sans Lactose / Sans sucre raffiné au Cook-Expert de Magimix

Comme je vous l’ai expliqué à plusieurs reprises dernièrement, je suis en pleine révolution alimentaire et je fais en sorte de tester de nouvelles recettes sans gluten, sans lactose et, prioritairement, IG Bas dans l’idée de diminuer certaines de mes douleurs chroniques. Pour mieux appréhender l’alimentation IG Bas, je suis adhérente du site de coaching de Marie-Laure André : igbas.com

Aujourd’hui, j’ai voulu tester la recette de crème anglaise sans lactose de Marie-Laure André qui se trouve sur le site de coaching, une crème anglaise au lait d’amande avec un IG < 35, pour accompagner le moelleux au chocolat que j’avais préparé. Pour la réaliser, j’ai utilisé mon Cook Expert de Magimix et, en 10 minutes, ma crème était prête.

Ingrédients :

  • 50 cl de lait d’amande sans sucre ajouté
  • 4 jaunes d’oeufs bio
  • 40 g de sucre de bouleau (je n’avais pas alors j’ai mis du sirop d’agave)
  • vanille en poudre

Ma petite tambouille :

  • J’ai mis dans la cuve du Magimix le lait d’amande, les jaunes d’oeufs, le sirop d’agave et la vanille en poudre.
  • Ensuite, j’ai sélectionné le programme « expert » sur 10 minutes, vitesse 4 à 80°
  • Puis, il ne reste plus qu’à mettre au frais et à savourer 🙂

Recette très facile, très rapide et bien gourmande qui a ravi les papilles de mes hommes. Cette crème était vraiment sympa en bouche, mon Petit Zébulon en a repris deux fois tant il s’est régalé. Je crois bien que je vais classer cette recette dans mes favoris pour pouvoir la refaire assez souvent. Le seul petit reproche des hommes était qu’ils trouvaient la crème un peu (trop) liquide mais, clairement, ils n’ont pas boudé leur plaisir.

Ma petite libellule a 5 mois aujourd’hui, un petit point sur son développement

Résultat de recherche d'images pour "5 mois"

Nous avons commencé le mois dernier la diversification alimentaire. Depuis seulement quelques jours ma Petite Libellule a compris qu’il fallait ouvrir grand la bouche pour permettre à la cuillère d’entrer en oubliant petit à petit ses automatismes de succion. Il y a de nets progrès à ce niveau-là et c’est franchement plus agréable. Le bavoir est moins sale 🙂

Mais, du coup, comment ça se passe niveau alimentation pour la Petite Libellule ?

  • Le matin, nous continuons à donner le biberon (240 ml) et la puce prend ce qu’elle veut de manière à éviter les régurgitations car elles sont toujours aussi présentes malgré son traitement. On lui donne du Gaviscon mais aussi de l’Inexium. Généralement, elle termine le biberon.
  • Le midi, je lui donne de la purée (faite maison) et, depuis peu, un dessert lacté industriel destiné aux bébés de plus de 4 mois, de la marque Nestlé. Le fait est que cela ne m’a pas été conseillé par le pédiatre mais que j’ai voulu tester pour voir si cela pouvait réduire les régurgitations et tel est le cas donc on poursuit ! Bon, après, j’admets que si ma fille a très faim et/ou est très fatiguée, manger à la cuillère se révèle être trop difficile donc, dans ces cas-là, on privilégie le biberon, à contre-coeur.
  • Au goûter, on donne de la compote et du yaourt. Concernant la compote, nous avons décidé de donner des compotes industrielles car elles sont bien plus lisses que celles que je prépare et, donc, plus faciles à manger pour la belette. Plus tard, je recommencerai à faire les compotes que je lui présenterai mais, pour le moment, je mise sur la facilité d’absorption de ma Petite Libellule. Bon, du coup, je prends bio pour ne pas avoir trop mauvaise conscience.
  • Le soir, on présente un biberon de 240 ml et elle prend ce qu’elle souhaite.

Elle fait ses nuits depuis qu’elle a un mois et une semaine. A ce jour, elle est couchée entre 20h30 et 21h30 pour se réveiller entre 8h et 9h pour son premier biberon. Depuis quelques semaines, la choupette a tendance à se réveiller sur les coups de 6h du matin alors je la mets dans notre lit conjugal. Elle se colle tout contre moi et se rendort. Les « grosses siestes » du mois dernier sont révolues puisque, maintenant, la miss se satisfait de micro-siestes de 30/45 minutes à raison d’une le matin et de deux à trois en après-midi selon son état de fatigue. Généralement, pour les siestes, elle dort dans son lit dans notre chambre parentale dans laquelle nous avons installé un lit cododo.

Pour ce qui touche à la motricité globale, la demoiselle bouge beaucoup, on ne peut pas dire qu’elle n’est pas tonique (au contraire !). Pour commencer, elle tient sa tête droite depuis un bon moment : je suis convaincue que ses régurgitations la poussent à adopter la position la plus droite possible donc elle est très en demande pour être assise, voire même debout. La miss tient assise avec appui. Elle remue très fréquemment les bras et les jambes (en mode pédalage de l’extrême). Elle commence à faire un quart de tour sur elle-même quand elle est couchée sur le dos pour se mettre sur le côté. Ca l’amuse énormément de bouger dans tous les sens quand on la pose sur le plan à langer, au moment de lui changer la couche.

En termes de motricité fine, la libellule commence à s’agripper sévèrement à son doudou (que nous commençons à lui donner de façon régulière : pour la nuit, pour la sieste, en cours de journée) mais aussi son bavoir, son porte-sucette … tout ce qui est à portée de main à vrai dire. Dorénavant, elle attrape à deux mains les objets que nous lui présentons, pour les porter à sa bouche évidemment.

Elle gazouille sévèrement, surtout quand nous l’installons à table pendant nos repas : elle affectionne ces moments et s’écoute faire des vocalises. Elle émet des sons différents, de petits cris tout en souriant. Les interactions sont de plus en plus intéressantes. En plus, nous avons de la chance, elle sourit énormément.

Attirée par le monde qui l’entoure, elle nous fait bien comprendre qu’elle souhaite que nous la portions de façon à pouvoir profiter pleinement de ce qui peut s’offrir à sa vue. Il n’est plus question de porter la demoiselle dos au monde. Même quand nous la portons avec le Caboo, la position maintenant est face au monde. Là, elle exulte et pousse haut ses vocalises, emportée par l’excitation de découvrir le monde, les couleurs, les mouvements des gens …

En dehors de tout ça, j’ai constaté tout de même que depuis quelques semaines la choupette a tendance à montrer de façon très claire qu’elle préfère être dans les bras de maman plutôt que dans les bras de papa. Elle pleure quand elle est avec son père et, sitôt que je la prends, elle se calme et devient toute détendue et souriante. On essaie de « contrer » un peu tout ça de façon à ce qu’elle accepte également d’avoir des moments privilégiés avec son papa.

Je tiens à préciser que cet article rend compte du développement de ma fille mais chaque bébé est unique et se développe à son rythme.

Ma Petite Libellule a eu rendez-vous chez le pédiatre : elle fait 63 cm et 6.2 kg. Elle a eu son vaccin du 5ème mois. J’ai appréhendé un peu, comme toujours. Mais, bon, comme la dernière fois, les choses se sont très bien passées !

On refait le point le mois prochain 🙂

J’ai testé pour vous : la méthode IG Bas, un programme minceur complet, efficace et sans frustration pour gérer mes douleurs chroniques (3)

Juste pour info qui me permet de revenir surtout mon article de la fois passée qui permettait de présenter la plate-forme du site de coaching igbas.com de Marie-Laure André : il y a eu une petite évolution sur le site car, dorénavant, la recherche peut être affinée.

En toute honnêteté, je trouve ça génial car, maintenant, les adhérents peuvent plus aisément trouver la recette qui leur convient en fonction de différents paramètres :

  • L’IG
  • La catégorie : entrée, plat, dessert
  • La présence ou non de lactose
  • La présence ou non de gluten

Cela simplifie grandement la tâche.

Du coup, on se dit que dès demain je publie une recette issue du site igbas.com 🙂

Et si mon enfant était atypique ? – J’agis (2)

Pour info, ce billet est le 3ème que je rédige au sujet de mes questionnements à l’égard de mon fils et des démarches que j’ai mises en oeuvre pour (in)valider mes suspicions.

Je me permets de vous laisser le récapitulatif de mon cheminement de manière à vous éclairer au mieux en vous précisant le lien des deux précédents articles sur la question :

Cet article est dévolu aux différents « tests » que j’ai faits pour voir si j’étais ou non dans la bonne direction en soupçonnant un Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité (TDA/H) chez mon fils, âgé de 6 ans 1/2.

Pour rappel, le TDA/H est lié à un fonctionnement particulier du cerveau et se caractérise par :

  • une incapacité à rester concentré (inattention),
  • des difficultés à retenir certains comportements non adaptés (impulsivité),
  • une agitation motrice importante (hyperactivité).

Selon mes diverses recherches, je pense que mon loulou est un Enfant Zébulon. TDAH avec impulsivité prédominante. Il a tout le temps besoin de bouger sur sa chaise, ses jambes, de tripoter ce qui est à portée de main, de bouger pour parler à son voisin, de répondre trop vite, de démarrer avant le signal, qui a des aiguilles sous les fesses, … C’est la manifestation du TDAH la plus fréquente.

Comme je l’ai expliqué, je commence sérieusement à y croire mais j’ai besoin de « preuves » un peu plus tangibles et je ne préfère pas me fier uniquement à mon intuition personnelle. En effet, faire passer un bilan à son enfant pour diagnostiquer un éventuel trouble ne me semble pas anodin donc autant faire cela quand ses doutes tiennent bien la route. De fait, j’ai tâché de trouver des « tests » sérieux sur le net et, clairement, c’est aussi difficile que de chercher une aiguille dans une botte de foin car le web regorge d’informations mais encore faut-il trouver celles qui se révèlent être intéressantes.

D’abord, j’ai commencé avec l’échelle d’évaluation Conners pour les parents, version revisée (longue) de 1997 ainsi que les clés de correction. Il s’agit du test du Dr Keith Conners, à destination des parents, qui permet de cerner s’il y a des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. Il s’avère que mon fils a une moyenne de 2.3 alors qu’il est précisé très clairement qu’un score moyen de 1.5 ou plus suggère des indices d’hyperactivité chez l’enfant. A savoir qu’il y a également un test à destination des enseignants accessible ici.

J’ai utilisé, par ailleurs, le test de Conners (proposé ci-dessus) accessible ici sur le site de Philippe Narang, psychiatre, en version informatique. A savoir que ce test peut être rempli en ligne et permet de recevoir les résultats sur sa boîte email perso. Les résultats envoyés s’avèrent très complets puisqu’ils correspondent à des échelles de base – opposition (16) / problèmes cognitifs et inattention (24) / hyperactivité (24) / anxiété et retrait (12) / perfectionnisme (10) / difficultés de sociabilité (0) / psychosomatique (6). S’ajoutent des échelles composées : Index TDAH de Conners (26) / Index global de Conners agité-impulsif (16) / Index global de Conners labilité émotionnelle (4) / Index global de Conners (20) / DSM-IV inattentif (21) / DSM-IV hyperactif-impulsif (21) / DSM-IV total (48). On trouve également dans les résultats de ce test la sous-échelle symptômes du DSM-IV : inattentif (6/9) / hyperactif (9/9). Les nombres entre parenthèses correspondent à ce qui a été calculé par rapport aux réponses que j’ai fournies concernant mon fils.

A savoir que le fameux DSM-IV de 1994 renvoient aux critères diagnostiques du trouble TDAH Pour info, maintenant, on parle du DSM-V depuis 2013 et j’en avais touché un mot dans mon second article de la série, Et si mon enfant était atypique ? – J’agis (1).

J’ai utilisé également le questionnaire du pédiatre Pierre-Claude Poulin, trouvé sur le site http://www.attentiondeficit-info.com et pour lequel nous pouvons trouver une grille de correction ici. Là encore, les résultats de mon fils posent question.

  • En termes d’inattention, j’ai compté 22/27 avec 9 critères positifs sur 9. Or, il est précisé qu’un total de 15 ou plus avec 6 critères sur 9 validés doit être considéré comme significatif.
  • En termes d’hyperactivité-impulsivité, j’ai compté 24/27 avec 9 critères positifs sur 9. Là aussi est considéré comme significatif le résultat obtenu si le total est 15 ou plus ou s’il y a 6 critères validés sur 9.
  • Pour ce qui concerne le trouble oppositionnel avec défiance, j’ai compté 14/24 avec 6 critères positifs sur 9. Le résultat s’avère significatif si le total est 12 ou plus ou s’il y 4 critères validés sur 8.

Je me suis servie aussi du questionnaire SNAP-IV qui est une version modifiée du questionnaire de Swanson, Nolan & Pelham proposée par le Dr Hervé Caci. Pour ce test, j’ai noté une moyenne de 2 pour l’inattention (18/9) / de 2.6 pour l’hyperactivité-impulsivité (24/9) / de 1.5 pour le Trouble Oppositionnel avec Provocation (12/8) / de 2.8 pour l’inattention-suractivité (14/5) / de 1.6 pour l’aggression-provocation (8/5) / de 2.5 pour l’Index de Conners.

*** Article non terminé, je vais l’éditer dès demain pour la suite mais là, il est temps que j’aille me coucher 🙂

.

J’ai testé pour vous : la méthode IG Bas, un programme minceur complet, efficace et sans frustration pour gérer mes douleurs chroniques (2)

Aujourd’hui, je souhaitais revenir sur mes propos du dernier article publié au sujet de mon coaching sur le site igbas.com car Marie-Laure André m’a précisé qu’il y avait eu un forum de discussion permettant aux adhérents d’échanger entre eux (petite chose que je ne trouvais pas sur la plate-forme et au sujet de laquelle je m’étais interrogée) avant juillet 2019. Mais, celui-ci était très peu utilisé donc elle a décidé de le supprimer. Par contre, il faut tout de même savoir qu’il existe un groupe sur Facebook dédié aux membres du coaching : ici, groupe auquel je suis abonnée bien entendu. Ce groupe est avant tout un groupe d’entraide sur la méthode minceur et santé du site « igbas.com » : laquelle a pour vocation d’aider à manger sainement, en se faisant plaisir…et perdre du poids. Car, oui, c’est possible, grâce à l’équilibre alimentaire associé aux IG Bas, grâce à la motivation et au soutien du groupe !

A vrai dire, le site a connu une véritable refonte. Et, aujourd’hui, l’idée est de vous présenter justement cette plate-forme 🙂

La plate-forme du coaching minceur pro demande une connexion : vous devez spécifier votre adresse email et votre mot de passe pour y accéder. Vous devez souscrire à un abonnement. Pour cela, le site vous permet de choisir entre 5 programmes :

  • une offre d’essaie de 14 jours à 9.99€, offre reconductible tacitement pour une période de 1 mois (25 euros). Cet programme donne accès à la semaine de phase d’attaque de la saison en cours + 1 semaine de menus IG Bas standards ou végétariens avec listes de courses + 6 vidéos de coaching + fichiers explicatifs + environ 90 recettes IG Bas.
  • un abonnement d’un mois à 25 € qui donne accès à la semaine de phase d’attaque de la saison en cours + 4 semaines de menus IG Bas standards ou végétariens avec listes de courses + 8 vidéos de coaching + fichiers explicatifs + environ 110 recettes IG Bas.
  • un abonnement de 3 mois à 66€, reconductible tacitement pour une période de 1 mois (25 euros). Ce programme donne accès cette fois-ci à la semaine de phase d’attaque de la saison en cours + 3 mois de menus IG Bas standards ou végétariens avec listes de courses + 17 vidéos de coaching + fichiers explicatifs + environ 180 recettes IG Bas.
  • un abonnement de 6 mois à 114€, reconductible tacitement pour une période de 1 mois (25 euros). Ce programme donne accès aux semaines de phase d’attaque de la saison en cours + 6 mois de menus IG Bas standards ou végétariens avec listes de courses + 30 vidéos de coaching + fichiers explicatifs + environ 300 recettes IG Bas.
  • un abonnement d’un an à 179€, reconductible tacitement pour une période de 1 mois (25 euros). Ce programme donne accès aux semaines de phase d’attaque de la saison en cours + 1 an de menus IG Bas standards ou végétariens avec listes de courses + 56 vidéos de coaching + fichiers explicatifs + environ 480 recettes IG Bas.

A savoir, pour chacun des programmes, il y a possibilité de poser des questions au coach IG Bas en illimité pendant la durée de l’abonnement et que le contenu (menus, recettes, vidéos) est délivré semaine après semaine.

Une fois que vous adhérez au programme de coaching, vous pouvez vous connecter sur la plate-forme et, ainsi, accéder à son contenu, lequel s’avère être très riche à mon avis.

  • Un diaporama présentant 12 magnifiques photos, super appétissantes … de quoi ravir les yeux et les papilles … ça donne bien envie d’aller plus loin pour découvrir la suite du programme !
  • Votre profil dans lequel vous pouvez renseigner votre poids afin de créer une courbe de poids
  • Le programme dans lequel vous pourrez visualiser les menus de la semaine en cours / les menus de la semaine à venir / les menus de la phase d’attaque de la saison en cours. Pour chacun de ses menus, vous avez la composition du repas des déjeuners et des dîners et une liste de courses. Vous trouverez également des idées pour les petits déjeuners (classique / détox / rassasiant / sans gluten / protéiné / sans gluten et sans lactose / pauvre en gluten / porridge / gourmand / sans lactose pour la phase d’attaque ou la phase croisière) donc, oui, il y a de quoi faire ! Et, pour finir, vous accédez à la vidéo de la semaine (une vidéo de près de 2 minutes sur les repas vite faits et bien faits en l’occurrence pour cette semaine du 29 juillet au 4 août).
  • Les vidéos : 4 vidéos appartenant au starter pack (Comment démarrer le programme IG Bas ? / Comment perdre du poids avec les IG Bas ? / L’équilibre alimentaire, c’est quoi ? / Les bienfaits des IG Bas pour la santé ?) + 1 vidéo / par semaine d’abonnement donc, perso, j’entame mon 2ème mois donc j’ai 5 vidéos à ce jour dans ma bibliothèque.
  • Deux documents « stock de base tableau des IG » qui s’avèrent être clairs et très intéressants pour débuter ce programme car ils permettent de savoir quels sont les produits essentiels à avoir et de visualiser l’IG d’aliments courants.
  • Un point spécial pour les personnes qui adoptent un régime végétarien avec un rappel des bases pour ne pas commettre d’impair et respecter une alimentation dite équilibrée.
  • Un point sur les questions récurrentes concernant les IG Bas autour de différentes thématiques (Divers / Farines / Féculents et céréales / IG des aliments / Pains / Phase d’attaque / Produits laitiers / Quantités / Sucre des IG Bas) avec des réponses claires de Marie-Laure André.
  • Les recettes : pour chacune d’entre elles, vous pouvez savoir s’il s’agit de recettes à IG < 35 / IG < 50 ou IG élevé compatible avec la méthode mais aussi s’il s’agit de recettes sans gluten et/ou sans lactose et/ou végétarien.
  • Un point expliquant en quoi consiste la méthode IG Bas
  • Un point expliquant ce qu’est l’IG

Quand je vous disais qu’il y avait de quoi faire … On ne peut pas dire que Marie-Laure André soit avare d’informations et d’accompagnement dans cette méthode de coaching.

Club lecture, La chambre des merveilles de Julien SANDREL

Je ne sais pas si tout le monde est au courant ou non mais je suis administratrice d’un groupe sur Facebook, lequel fédère des personnes souffrant de douleurs chroniques (particulièrement de fibromyalgie) : Fibromyalgie : des mots sur les maux, pour « Gai-Rire » ensemble

Ce groupe se veut, avant tout, positif, bienveillant et respectueux du parcours de chacun.

Pour changer les idées à quelques uns des membres du groupe, j’ai proposé dernièrement d’initier un groupe de lecture pour motiver les troupes à redécouvrir les plaisirs de la lecture.

Aussi, la première oeuvre qui a été choisie est La chambre des merveilles, roman de Julien Sandrel.

Sur la quatrième de couverture, on peut lire ceci :

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.

Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.

Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.

Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Honnêtement, au vu de ce texte, je n’étais pas franchement emballée. Ma fille a fait, par deux fois, le malaise du nourrisson. Mon fils l’a fait également une fois. Bref, ce sont des événements très traumatisants donc, dorénavant, je préfère ne pas être confrontée que ce soit en lecture ou au cinéma à la perte d’un enfant. Je fuis généralement tout ce qui touche à cette thématique. Seulement, là, je ne pouvais pas car je m’étais engagée à lire le bouquin choisi par les membres du groupe pour pouvoir en faire une chronique sur le blog, laquelle permettrait d’échanger ensemble autour de nos ressentis, de nos impressions …

Contre toute attente, je me suis laissée prendre au jeu et j’ai apprécié la lecture de cet ouvrage, ce livre bonbon aux allures « feel good » qui présente une maman, Thelma, prête à vivre toutes les expériences que son ado de fils avait notées dans sa bucket list. Elle est confrontée à des défis assez surprenants parfois quand on les vit à la quarantaine tassée. C’est justement tout le comique de la situation. En même temps, au travers de ses pérégrinations toutes aussi rocambolesques les unes que les autres, elle chemine vers elle-même. Celle qui s’était perdue en cours de route pour ancrer ses pas dans la vie d’une working girl accomplie s’aperçoit qu’elle a emprunté le mauvais chemin et décide de faire demi-tour pour vivre au plus près de ses convictions.

Après, ça se lit vite et c’est agréable mais ce ne sera pas un livre que je classerai dans mon top five de l’année pour la simple et bonne raison que c’est dégoulinant de bons sentiments, que c’est léger (voire un peu mièvre) à mon goût. C’est un livre tout à fait adapté aux lectures estivales non prises de tête. Seulement, je reste réellement sur ma faim. Thelma court vers la liberté d’être celle qu’elle veut être mais il n’est nullement question de faire un quelconque parallèle avec la si impressionnante Thelma du film réalisé par Ridley Scott.

Et, vous, de votre côté, quel est votre avis sur ce bouquin de Julien Sandrel ?

Avez-vous aimé ? Racontez-moi ! N’hésitez pas à partager votre avis sur la question !

La diversification alimentaire à 4 mois

La libellule a eu 4 mois révolus le 28 mars et nous avons commencé la diversification alimentaire. Le fait est que le pédiatre a un peu tordu du nez quand nous lui avons fait part de notre résolution à ce sujet mais je me dis que ça ne peut qu’aider ma puce qui doit faire avec de nombreuses régurgitations (lesquelles ont provoqué par deux fois un malaise du nourrisson).

Je partage avec vous la mise en œuvre de cette diversification alimentaire chez nous.

On commence par introduire les légumes le midi en plus du biberon de 210 ml. A savoir que ces légumes sont cuits à la vapeur, sans ajouter de sel. Nous avons débuté avec la purée de carottes sur trois repas. En ce moment, c’est purée de pommes de terre – courgette car il est envisageable de proposer un mélange 1/3 pommes de terre + 2/3 d’un autre légume. Lorsque La pépette mangera plus (pour l’instant, quelques petites cuillères sont suffisantes car c’est le début), j’ajouterai la matière grasse à raison de 5 g de beurre ou 1 cuillère à café d’huile d’olive. L’idée est de proposer quelques cuillérées durant 2-3 jours avec le même légume et d’augmenter progressivement les quantités jusqu’à 130 g (l’équivalent d’un petit pot du commerce).

Pour me faciliter la tâche, je cuits mes légumes à la vapeur au Cookéo : c’est ultra rapide puisque, souvent, il suffit de 7 minutes. Ensuite, je mixe le tout pour obtenir une purée en utilisant mon mini-hachoir. Généralement, cette petite préparation remplit un pot de 250 ml. Ca suffit amplement, pour le moment, pour nourrir la libellule sur 3 jours. Hier, 4ème jour de diversification, elle a pris une dizaine de cuillérées.

15 jours plus tard, je compte introduire les fruits avec une compote que je proposerai en plus du biberon de 210 ml. Là, encore, il s’agit de cuire les légumes à la vapeur et de ne pas ajouter de sucre. Je pense que je commencerai avec de la purée de pommes tout simplement et, ensuite, je ferai un mélange moitié pommes/ moitié un autre fruit. On commence par quelques cuillérées et on augmente progressivement les quantités pour aller jusqu’à 130 g (équivalent au petit pot du commerce). A savoir qu’il vaut mieux éviter, au début, les fruits exotiques (sauf banane) et les fruits rouges.

Pour concevoir les purées et compotes « home made », on privilégie les légumes et les fruits frais et/ou surgelés (à proscrire les aliments en conserve). Par ailleurs, on ne resale pas et on ne resucre pas.

Bien entendu, on privilégie l’utilisation d’une cuillère adaptée très souple, en silicone.

Pour info, je vous transmets ci-dessus les conseils donnés par le pédiatre qui suit ma petite poulette. Ces conseils se destinent avant tout aux enfants âgés de 5 mois. M’enfin, j’avais suivi la même procédure pour mon aîné alors même qu’il n’avait pas encore fait ses 4 mois révolus. Il mange de tout actuellement.